Colombia’s Hidden Cocaine Route: El Naya


Salut, c’est Emily
du bureau Vice de Brooklyn. Nos collègues de Vice Colombie
ont parcouru la route d’El Naya pour observer la production
de cocaïne étape par étape. Un voyage
des plantations de coca jusqu’aux labos
qui purifient la cocaïne. Vice International présente El Naya,
la route secrète de la cocaïne. La cocaïne est la bombe
atomique de l’Amérique latine. Les Américains
ont besoin de ce marché pour fonctionner. Nous finançons
les mouvements révolutionnaires d’Amérique latine. Carlos Lehder l’a dit
dans les années 80, quand les cartels
de Cali et Medellín ont défini les routes
de la drogue, les FARC achetaient
les feuilles de coca pour les revendre
aux trafiquants. 30 ans se sont écoulés, et aujourd’hui,
90 % de la cocaïne qui entre aux Etats-Unis
arrive de Colombie. El Naya est une des routes
les plus rentables au monde, mais personne n’en parle jamais. Nous avons traversé
la Cordillère pour découvrir cette route
et observer la production, dont le volume a récemment
considérablement augmenté. El Naya,
la route secrète de la cocaïne. Nous sommes à El Despunte,
au départ de la route d’El Naya. La région était historiquement
contrôlée par les FARC. Des mules partent
de ce campement chargées de nourriture
et de marchandises. -Elles sont toutes à vous ?
-Oui, M’dame. Vous en avez combien ici ? Cinq,
et celle-là va redescendre. Et comment ça marche,
le business de la cocaïne, ici ? Si la coca disparaît,
El Naya aussi. Sans la coca,
la région serait morte. Cet endroit
n’aurait plus aucune valeur. C’est quoi, votre métier ? Je suis agriculteur. On a des cannes à sucre
et de l’herbe. Mais on va bientôt se lancer
dans d’autres cultures. Et la coca ? J’en ai pas mais ça me rapporte
quand même pas mal. J’ai des mules
donc je les envoie là-bas et les producteurs de coca
me paient pour leur travail. J’en cultive pas
mais j’en profite quand même. Sans la coca, la région
serait complètement pauvre. C’est la seule façon
de gagner sa vie ici. Qui a construit ces routes ? Elles ont été ouvertes
par l’Etat colombien. En quelle année ? Il y a environ 25 ans, il s’est
pas passé grand-chose depuis. Et la route d’El Naya ? La route d’El Naya a à peu près 45 ans. Le voyage commence à El Despunte
avec ce sentier étroit qui ressemble à une entaille
creusée à même la montagne. Les mules sont les seuls animaux capables d’avancer
sur ces chemins escarpés. Chemins qu’ont dû emprunter
les otages de l’ENL en 2000 après avoir été capturés
sur une route. Cette prise d’otages massive
a terrifié le pays et a fait la une des médias
pendant 44 jours. C’est ici aussi
qu’Alejandro Henao est tombé après une gangrène causée
par une blessure à la jambe. Et que le Dr Miguel Nassif a eu
le scrotum perforé par un bâton. La blessure s’est infectée,
entraînant sa mort. Le professeur Gonzalo Chico y a
marché avec les côtes cassées et a passé la nuit
attaché à une pierre pour ne pas se faire emporter
par le courant. Comme lui, beaucoup d’autres
se sont battus contre la nature. Les mules font ce voyage
infernal deux fois par semaine. Les producteurs de coca sont
le premier maillon de la chaîne. On est
dans le champ de Leonardo. Leonardo,
combien de plants tu as ici ? On a 8 000 plants dans ce champ. Combien vaut un plant ? Chaque plant
vaut 200 pesos [0,06 euros]. Ils poussent
en combien de temps ? Il leur faut environ cinq mois
pour atteindre cette taille. Ils doivent encore pousser
un peu pour pouvoir être vendus. On est ramasseurs
de feuilles de coca. On aime bien travailler dans plusieurs fermes
pour gagner plus. On vient de différentes villes
pour travailler ici, à Naya. Pour chercher des opportunités
professionnelles. Il y a de l’argent
dans la culture de coca et on vit de ça. Un ramasseur de coca peut gagner
environ 120 000 pesos [34 euros] selon la taille du champ. On est dans un laboratoire
de pâte de coca. Les employés vont nous montrer
tout le processus de transformation
des feuilles de coca en un jus qui sert de base à la pâte. Ils vont aussi nous expliquer pourquoi ils ont choisi
cette voie. Il y a combien de sacs de coca ? On travaille avec 20 sacs
de coca pour trois bidons. Ça fait 250 kilos
répartis dans les bidons. Combien de fois vous
piétinez et coupez la coca ? Trois fois. Là, c’est la deuxième fois
qu’on coupe les feuilles. On ajoute aussi
d’autres ingrédients. On ajoute du citron vert,
du nutrimol et du sel. La fermentation permet de
racler la surface des feuilles pour en retirer les alcaloïdes. Ensuite, on coupe les feuilles
encore une fois pour former un mélange homogène
avec les autres ingrédients et pour les rendre plus fines. Ensuite, on met le mélange
dans les bidons. On les remplit,
on les met là-bas et on ajoute de l’essence
ou un autre combustible. L’essence permet
de décomposer les feuilles et d’en extraire
tous les alcaloïdes. Le mélange est ensuite vidé
dans la cuve là-bas, là où il y a les trois bidons. À ce moment-là, on verse
l’essence dans cette cuve et on y rajoute
un autre produit chimique pour séparer l’essence
de la drogue, qui ressort sous forme liquide. Ensuite, on la coupe
avec d’autres produits chimiques et on obtient une pâte. -Et combien tu gagnes…
-Par jour ? 40 000 pesos [11,30 euros]
par jour. Mais on fait
des longues journées. Les gens pensent
qu’on gagne beaucoup d’argent, mais c’est pas vrai. On travaille dur. Tu crois que ça pourrait
être rentable de cultiver quelque chose d’autre ? Il faudrait s’asseoir un moment
avec la communauté et en discuter parce que ça doit pas être
une décision individuelle mais une décision collective. S’il y a des ramasseurs
mais personne pour transformer la coca,
personne peut travailler. Le chemin a été très difficile. À certains endroits, on a dû descendre
des mules et marcher. On a croisé des ramasseurs
de coca à pied, des femmes et des enfants. On a aussi croisé des mules
vraiment très chargées. Nous sommes tombés,
les mules aussi, mais on continue d’avancer. Je viens
du département de Santander. Moi aussi, j’ai été déplacé. Je suis allé à Bogota et des amis m’ont dit
qu’il y avait du travail ici. Donc je suis venu ici,
travailler avec les communautés. Je gère un groupe de paysans. Parlons d’El Naya,
puisqu’on y est. Ici, on vit de la coca. Et le problème avec la coca,
c’est que le producteur est celui
qui gagne le moins d’argent. Même s’ils ont recours
à des agriculteurs, c’est les narcos
qui récupèrent tout l’argent. La journée a été longue et on a fait
à peine la moitié du chemin. On a encore de longues heures
de route devant nous. Il est 14h,
on espère arriver vers 19h. À Patio Bonito, le sommet
le plus élevé du voyage, il reste plus de 300 mines,
que les Farc avaient posées à l’époque du conflit armé. Le chemin est encore
rempli de mines. La Playa est
le coeur d’El Naya. Le village vit de la culture
de coca et de banane plantain et de l’exploitation de mines. Le village souffre
de la prostitution, de l’alcool et du sous-développement. Le gouvernement n’est pas
vraiment présent dans la région. Donc si une personne
tombe malade, enceinte ou est atteinte
de maladies chroniques, il est très difficile
d’organiser son transfert. On a des maladies endémiques
et des maladies rares. Elles sont causées par
les herbicides, les pesticides, les produits chimiques utilisés
dans les plantations de coca. Ils utilisent
des produits toxiques pour extraire la pâte de coca, des acides lourds
et des hydrocarbures. L’organisme les absorbe, ce qui
cause des dégâts irréversibles. Comment c’est, la vie ici ? Je coupe les cheveux des gens
et je ramasse la coca. -Tu bois de l’alcool ?
-Non, non. T’aimes pas ça ? Si, j’aime bien, mais pas ici. Pourquoi pas ici ? Parce que je viens de loin
et je gagne pas assez. J’ai à peine
de quoi entretenir ma famille. Il y a combien de ramasseurs
de coca ici ? À peu près 400, et environ 300 d’entre eux
sont noirs. C’est là que je dors. Ça fonctionne… Tu te l’attaches
avec cette corde. Et après, tu ramasses
les feuilles des deux mains. -Sans gants ?
-J’ai un seul gant. Quand tu tires la branche
sans faire exprès, ça brûle. Après, la douleur s’en va
et je continue de travailler. Tu aimerais faire des études ? Je voudrais être infirmier et j’ai cherché
à apprendre l’anglais, mais un semestre,
ça coûte cher, et… C’est pour ça
que je ramasse la coca, pour voir si je peux trouver
des cours avec l’aide de ma famille. Nous arrivons à la partie
la plus clandestine du voyage. On a fait un détour pour
trouver un “cristalizadero”, où on réalise la transformation
chimique la plus importante. Ici, on change la pâte de coca
en cristaux, la forme la plus pure
de la cocaïne. Après avoir traversé la jungle,
on arrive à un labo, que j’imaginais
beaucoup plus petit. Ça sent. Je sais pas ce que c’est,
mais ça sent très fort. On peut dire
que je suis agriculteur. J’ai ma propre petite plantation
de café. Où ? Pas loin, à environ
une ou deux heures d’ici. -Vous venez d’où ?
-De San Pablo Nariño. -Et vous êtes venu…
-Oui, dans le Cauca. Quand ? Ça fait plus de 20 ans
que je suis là. C’est un labo
qui transforme la pâte de coca en cristaux pour l’exportation. Quand la pâte de coca arrive,
on lance l’étape de l’oxydation. Donc ici, on a… la substance issue des feuilles, qu’on coupe avec de l’eau
acide pour faire la pâte. Ça commence à ressembler
à du lait, vous voyez ? C’est quoi, ce liquide blanc ? C’est de l’hydroxyde de sodium,
on peut le couper. Ensuite, on l’égoutte
pour garder la pâte. Ça donne ça. Tu peux le faire sécher
au soleil ou avec une flamme. Ici, on le fait à la flamme
de la gazinière, c’est plus rapide. Ça ressemble à ça ? Oui, ça ressemble à ça
quand ça sort d’ici. C’est de la pâte de cocaïne. On vend ce qu’on nous demande. Si on nous demande la base,
on vend la base. Ça coûte combien,
un kilo de pâte ? 2 050 000 pesos [581 euros]. On va commencer la dissolution
avec cette eau acide. -C’est quoi ?
-Eau et acide sulfurique. Il y a combien
de kilos de pâte, là ? 3 200. Si on peut faire des cristaux,
ça devrait faire 2,5 kilos. Après l’oxydation, on filtre
et on fait sécher le produit. Ensuite, on mélange le tout
avec des acides pour extraire le produit. On va mélanger avec un bâton jusqu’à ce que le liquide
s’éclaircisse. Ensuite, on y ajoute ça. Comme ça. Ça, c’est de la cocaïne pure,
ou cristaux purs, comme on dit. Pour les “gringos”. C’est ce qu’ils aiment sniffer. On va mesurer. Par exemple, là… c’est entre ces deux-là, ça veut dire
qu’on doit encore l’ajuster. On doit vérifier la qualité et s’assurer
que tous les morceaux ont fondu. Là, on va égoutter le liquide. Ensuite, on le met au four. À la sortie du four, on la pèse. -On dirait du fromage.
-Ouais, vous saviez pas ? Ça ressemble à du fromage. Che ? On vous a demandé
d’utiliser ce nom ? Chaque client
a sa propre marque. Ils nous disent quel nom
on doit donner au produit. On le presse. Il y a encore
de l’eau qui sort ? Oui, c’est pour ça
qu’on recommence. L’eau et les produits chimiques
s’évaporent plus vite comme ça. Ça peut prendre
entre six et sept minutes. À l’odeur, on sait s’il reste
des produits chimiques ou pas. C’est sec, maintenant. Ça, c’est la poudre. -Elle est moins lourde ?
-Oui, 40 grammes de moins. On doit ajuster le poids
pour obtenir exactement un kilo. Ensuite, on scotche la brique
et on l’emballe. C’est des préservatifs, au cas
où elle tomberait dans l’eau. Si la brique se mouille, le produit
reprend sa forme pâteuse. La marque. On utilise ce scotch
pour un client spécifique. Avec un autocollant. Une fraise. Qui s’enrichit
avec ce commerce ? Combien vous gagnez, vous,
en travaillant ici ? En gros, j’ai un contrat et je gagne 10 000 pesos
[2,8 euros] par kilo. C’est ceux qui vendent
de l’autre côté qui s’enrichissent. Il pourrait y avoir un business
plus rentable dans la région ? Je pense que oui. Ici, on travaille la coca
parce qu’on a rien d’autre. Tout ce qu’on a, c’est le froid,
une terre déserte et des mules. La coca crée beaucoup d’emplois,
croyez-le ou non. Il y a déjà
15 à 20 personnes ici, imaginez combien travaillent
dans le sud. En effet. Beaucoup de gens en vivent. On a traversé la Bombonera, le pont qui relie Cauca
à la Valle del Cauca. On arrive à El Saltillo, un village
sur les rives du fleuve Naya, là où la route de la cocaïne
rejoint la mer. Leonardo, depuis quand
vous avez ce bateau ? Depuis 15 ans, à peu près. Vous faites combien
de voyages par jour ? Si je sors,
je fais deux ou trois voyages, parfois seulement un. Mais je vais partout
où je dois aller. -Vous transportez quoi ?
-Des gens, des marchandises. -De la coca, aussi ?
-Oui, un peu de coca, aussi. Ça me permet d’acheter
500 grammes de riz ou de sucre. Nous avons pris deux bateaux
pour arriver à l’océan. Nous terminons ici notre voyage,
laissant El Naya derrière nous. Des vagues blanches
commencent à se former et une forte odeur de sel
flotte dans l’air. Cette odeur indique
aux transporteurs la fin de leur voyage. À partir de ce moment-là, les barons de la drogue
prennent le relais et un réseau souterrain
s’assure de l’arrivée de la cocaïne colombienne
aux États-Unis.

100 thoughts on “Colombia’s Hidden Cocaine Route: El Naya

  1. On a treacherous trip along El Naya, VICE Colombia examines the production process of the Colombian Cartels.

    WATCH NEXT: Inside a Gang Initiation with the Silent Murder Crips — https://vice.video/2Dzeoba

  2. why don't they snatch some grams of coke each time they finish the product, and then sell it for more profit, there doesnt seem to be any way of them getting caught by stealing

  3. Drugs such as cocaine can possibly make the: media, news outlets, governments, politicians, the police, other businesses, and the military MORE overall money, than what the actual drug dealers are making.
    Now ain't that some shiet?
    Why in the world would any country's government want to stop the flow of drugs and money from leaving and coming in?
    It would kill many careers, jobs and industries that sprung up because of it.

  4. The guy at the end of the process makes $3 US per kilo of cocaine. Hell, I'd gladly give him a $100 US for a couple ounces to party on during the rest of my stay in Columbia.

  5. Its sad and a waste of video reporting she didn’t do a line of pure coke and give us a review about it. What a teasing whore,lol

  6. All you self righteous sjws are probably responsible for 40% of coke sales, meanwhile you tell every blue collar American that they’re racist. Your pathological altruism is lame.

  7. I hope someday Colombia will be a paradise again… the barbarians continue to produce the poison destroying millions of people… no remorse no guilt …

  8. It's factual but misleading. Very very very misleading!!! This in no way represents production volume… that started in the 80s up until present day… I'm going to make a video entitled I'm going to show you a secret way to make a billion dollars… and then I'm going to show you a child's lemonade stand.. that's pretty much the equivalent of this video

  9. excellent video depicting the truly grimy manufacturing practices of the third world. horrifying to think that people put this untested, unregulated, chemical concoction in their bodies.

  10. Ignorant gucks will laugh or call them criminals it's just people the grew up poor and work to feed the family because they are not bums like and beggars like in America 12:13 young man pick cocoa to send money to his family to eat took 1 semester of english because he wants to be a nurse and learn english. And all these black youth in america rather drink lean smoke drink and beg for welfare ebt section8 cut all that shit out the american government of you dont work you SHOULDN'T get to eat for free clean freeways in los Angeles and graffiti of walls bet these people would do it right now for 8 bucks a hour and they would do a good dam job. Millennials and the next generation ate a bunch off lame ass hopeless bum ass generation living of daddy and mommy at age of 21 pathetic

  11. IF AN AMERICAN WENT DOWN THERE AND DESTROYED ALL THAT CROP, THEY WILL BE PROSECUTED TO THE FULLEST EXTENT OF AMERICAN JUSTICE.

  12. When I watch shit like this I immediately want to be a drug cartel boss😩😩😩🤦🏼‍♀️

  13. Yeah, the farmers don't make the big bucks for the Coke but I would guess on the plus side, if something goes wrong and the product gets destroyed or missing, usually none of the farmers get killed. They just don't get the chicken in the pot. When the Coke goes up the pipeline and a few hundred dollars turns into millions of dollars, people get killed easily when something goes wrong.

  14. This seriously makes me realize how much of a joke our government is, and how serious they are combatting the drug war. It's far to profitable for America to keep building jail, pharm drugs, detox clinics, etc.. Thier is no literal fucking reason why Vice has access to all these hidden trails,locations, drug lords and the government cant.

  15. Wow, I never thought I'd figure out what I wanted to do with my life. What a dream job! I'm packing my bags right now!

  16. Heres me complaining about dog farting.. DAYOOM FUGAROWN WID DA ACID AN DAT GASOLEAN MAYNE DAh SHET WAY 2 FUNKEH UP IN DA CLUB YAL MAYNE WHATA MEAN MAYNE

  17. 2:07 caption on right of screen talks about Agripino a multimedia artist. Is that the farmer’s side hustle?

  18. Cocaine is a medicine unless you snort it like theres no tomorrow if you were to jus chew leaves itll give you affects

  19. So no one is going to mention how these dudes are touching pure cocaine? Just bc the route isn’t intranasal, it still gets in the system via skin… this dude has to be zooming!
    🚀

  20. Out of 320million Americans in total… how many use this drug? This is amazing that they go through all that, smh. It looks like slavery is legal in columbia, so to speak. Poor people in America cannot learn chemistry it's very costly to attend a university. LOL what a world we live in

  21. It would be the easiest thing to ''re-create'' in a healthier way, just look at all recreationel drugs, to recreate blow, you would just need some adderall type of substance.

    It makes no differens if your drunk, or aware and talketive, other that you're aware. And that's a good differens if you ask Adam Sandler.

  22. When he held that chunk of cocaine and it all blew into the bucket all snowy , I started breathing fast and sweating my fucking balls off. I can’t explain why this happened…

  23. Those guys are fucking scientist and they don't even know it, is crazy that they are handling millions of dollars in powder gold and all they get is shit for money in a regular 9-5 we make more money then they make

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *